La chevalière ne fait pas le noble

La chevalière ne fait pas le noble

Il existe actuellement en France 12 000 familles qui portent une particule, tandis que le nombre de familles subsistantes de la noblesse française s’établit à 3 000. Qui sont-ils ? Snobismes a mené l’enquête.

Il existe beaucoup de fantasmes sur la noblesse française. « La noblesse française n’est pas une population oisive et déconnectée de la réalité. Le spectre de la noblesse française est totalement identique au reste de la société française », explique Cyril de Charentenay, Vice-président de l’association d’entraide de la noblesse française. Loin de tous vivre dans le charme suranné de fastueux châteaux, les nobles qui subsistent en France sont hétérogènes. Un point commun rapproche néanmoins les membres de l’association d’entraide de la noblesse française, la volonté de transmettre. « Tous nos membres sont animés par une même conviction : celle de n’être qu’un passage et d’avoir hérité de leurs parents une histoire et des valeurs qu’ils souhaitent transmettre à leurs enfants », poursuit Cyril de Charentenay.

Existe-t-il une preuve de noblesse ?

La noblesse française désigne l’ensemble des familles reconnues nobles ou anoblies en France sous les différentes monarchies et avant 1870. Tout descendant direct – et légitime – peut donc être qualifié de noble. Il subsisterait actuellement en France quelque 3000 familles. Chaque année, faute de descendants, une vingtaine de familles nobles disparaissent en France. Il existe cependant des familles qui font le choix de « relever des noms » et de prendre pour nom d’usage celui de leurs ancêtres disparus. Pour apporter « la preuve » de sa noblesse, subsistent de rares documents tels que des actes royaux ou estampilles faisant état de l’anoblissement d’un individu. A noter, la noblesse française est une noblesse fermée. On ne peut qu’en hériter par le sang. En Grande-Bretagne, en revanche, la noblesse est vivante, c’est à dire qu’il est possible d’être anobli par la Reine. C’est ainsi que très récemment des personnalités telles que Kristin Scott Thomas, Vivienne Westwood ou encore Elton John ont été anoblies sous le règne d’Élisabeth II.

Quid du port la chevalière ?

Tout comme la particule ou le titre, la chevalière n’est pas un signe de noblesse, tout au plus il s’agit d’un accessoire, même si toutes les familles nobles n’en portent pas. « Les armoiries ne sont pas un signe de noblesse. Une famille peut choisir de créer son blason, un peu à l’image d’une entreprise qui va choisir son logo. Finalement, la chevalière n’est pas le signe distinctif de la noblesse et aujourd’hui, beaucoup de personnes nobles n’en portent pas », explique Cyril de Charentenay. Le port de la chevalière est régi par de nombreux codes et diffère selon les pays. En France, les femmes dans leur grande majorité, la portent à l’auriculaire gauche (côté cœur). D’autres la portent à droite. Les subtilités sont nombreuses selon la place dans la famille (ainé ou cadet) et la proximité directe ou non avec les ancêtres anoblis. Enfin, il existe deux sens pour porter sa chevalière : en baise-main signifie que la personne est libre et que son cœur reste à prendre. En « bagarre » (armoiries tournées vers la personne qui la porte) signifie que la personne est mariée.

« J’aime mieux que ma tête figure au haut d’une pique que de la découvrir sanglante devant un vil esclave. La vraie noblesse est exempte de crainte » Henry VI - W. Shakespeare

armchair-1980308_1920.jpg
Une montre, 96 possibilités

Une montre, 96 possibilités

Faust magicien

Faust magicien