Pour vous, il capture l’odeur des châteaux

Avec ses deux marques : la Manufacture des châteaux et la Manufacture Parfums, Bruno Truchon-Bartès a réussi la prouesse d’allier ses deux passions : le patrimoine et les parfums. Résultat : une collection de bougies et de Colognes parfumantes uniques, à l’ADN marqué et qui fleure bon l’Histoire et la fraîcheur. Retour sur un parcours pas comme les autres.

 

Bruno Truchon-Bartès a donné rendez-vous à Snobismes à Paris, précisément sous la grande verrière de l’hôtel Intercontinental. Comme pour s’excuser, il commence par détailler : « j’aime ce lieu : la hauteur sous plafond, l’espace et le calme qui y règnent. C’est l’un de mes endroits parisiens favoris ». Un féru de lieux nobles et chargés d’Histoire qui a pourtant choisi d’évoluer dans l’univers des senteurs. Il cumule au total dix-sept années d’expérience au sein de maisons de  création telles que Givaudan ou Charabot. Ni nez, ni chimiste, il est un touche-à-tout des parfums de caractère. A la fois commercial et spécialiste du marketing, il profite de ses années au sein du groupe international pour développer sa sensibilité aux odeurs. Parallèlement, il continue d’assouvir sa passion pour le patrimoine et rejoint l’association Demeure Historique, dont la mission est d’accompagner les propriétaires d’édifices classés dans leur recherche de subventions. Chaque fin de semaine, il arpente l’Hexagone et visite châteaux, manoirs et autres monuments historiques. Il s’imprègne alors des lieux et des odeurs « je visite énormément de châteaux et, à chaque visite, je découvre une odeur particulière ».

 

Derrière chaque création, une expérience personnelle

 

"Lorsque je visite un château, je prends des notes et mets des mots sur mes ressentis. Derrière chaque sensation, j’inscris des idées de matière"

 

En 2011, il résout l’équation impossible : allier sa passion pour les parfums à son amour des belles pierres. Il quitte alors le grand groupe international pour naviguer en solo. Ses premiers clients sont les monuments nationaux. Pour eux, il imagine des bougies à l’odeur racée qui rappellent l’identité des demeures royales : des notes de chêne vert pour le château de Chaumont-sur-Loire, une fragrance figue noire pour le château de la Roche-Guyon ou encore des notes florales et herbacées pour le château de Vaux-le-Vicomte. Ses premières réalisations sont commercialisées dans les boutiques des musées. Un premier essai peu concluant, puisque les ventes ne décollent pas : « la visite d’un château pour une famille est un véritable budget ! Aussi, une fois la visite terminée, il est rare que le panier moyen en boutique ne dépasse les 30 euros », explique Bruno Truchon-Bartès, qui se décrit lui-même comme « un homme de passion » et qui reconnaît, après coup, de ne pas avoir réalisé d’étude de marché très poussée.

 

"Les murs froids et humides du château de Chambord m’ont inspiré Feu Souverain, une bougie aux notes de bois fumé."

 

Pas question, pour autant, de baisser les bras. Dès 2012, il lance sa propre marque, sous le nom de la Manufacture des Châteaux. Pour chacune de ses créations, il s’inspire des odeurs captées dans ces lieux qu’il affectionne tant. Il explique : « c’est l’orangerie du château de Saint-Loup qui m’a inspiré la bougie l’Orangerie. Les murs froids et humides de Chambord m’ont inspiré Feu Souverain, une bougie aux notes de bois fumé. La bougie Chambre d’Ambre a été imaginée suite à ma visite du Palais de Saint Pétersbourg, où se trouve une pièce entièrement recouverte de lambris d’ambre ». Au total, une collection de 14 bougies, toutes inspirées de ses visites. « Lorsque je visite un château, je prends des notes et mets des mots sur mes ressentis. Derrière chaque sensation, j’inscris des idées de matière. Je travaille ensuite avec un nez et l’accompagne dans son cheminement jusqu’à ce que nous trouvions ensemble la bonne composition ». Et pour aller jusqu’au bout de son amour pour le patrimoine, les écrins en porcelaine des bougies sont tous confectionnés par une entreprise du patrimoine vivant, basée à Limoges.

 

L’élégance à la française

Fort de ce premier succès, il se lance en 2014 dans la confection de Colognes parfumantes et crée la Manufacture Parfums. « Personnellement j’ai toujours aimé porter des Colognes modernes. Par ailleurs, les valeurs de cette famille olfactive sont assez proches de celles de la Manufacture des Châteaux : il y a en effet, dans les Colognes les mêmes notions d’authenticité, de naturalité et de sincérité ». Une collection de cinq Colognes est ainsi venue compléter la gamme de quatorze bougies. Là encore, il applique les mêmes règles : un savoir-faire Français qui s’interdit de rogner sur la qualité : « chacune de nos Colognes possède à minima 30 à 40 % de matières premières naturelles ».

 

Aujourd’hui, le virtuose du parfum de caractère déborde de projets. Il pense à l’international (ses créations sont déjà commercialisées en Russie, en Iran, en Grande-Bretagne et en Italie), et également à ouvrir des boutiques en propre : « nous sommes sans doute encore un peu jeunes pour cela, mais c’est une idée que je garde en tête ». En attendant, il poursuit ses visites de châteaux.

 

Les gensChloé Consigny