La chaise Zig Zag revisitée façon art optique, en édition limitée au Bon Marché

Icône du design, la chaise Zig Zag créée par Gerrit Thomas Rietveld en 1934, n’a pas pris une ride.

Peut-être parce que son créateur n’était autre qu’un avant-gardiste, empreint de cette modernité qui ne s’éteint pas avec le temps. Une modernité de la justesse : celle du trait, de l’équilibre et du dessin. Et quelle forme ! Ce « Z »surmonté d’un « I » qui donne l’impression que tout va basculer. C’est la première fois qu’un designer s’ose à un tel dessin, personne n’y avait pensé. Rietveld, en précurseur, va lancer le mouvement et d’autres se serviront de ce système en zigzag pour créer des assises monoblocs, comme Verner Panton qui dessinera en 1960 la célèbre chaise Panton, rentrée elle aussi depuis dans l’histoire. Franck Gehry signera même en 1972 la Wiggle Chair Side comme hommage à la Zig Zag de Rietveld.

La belle est éditée par Cassina depuis 1973. On la trouve en cerisier naturel poli, élégante, mais aussi en frêne naturel, coloré de nuances primaires et rappelant la fascination de l’homme pour Piet Mondrian. Mais cette année, à l’occasion de l’exposition « Paris ! » au Bon Marché Rive Gauche, c’est sous une forme un peu psychédélique, en plein dans la tendance du renouveau de l’art optique des années 70, que l’on découvre la Zig Zag dans une série limitée (10 exemplaires en noir et blanc et 10 en bleu et blanc). A la façon d’un Vasarely, elle vibre et s’impose au premier coup d’œil. Au second, elle raconte une histoire grâce à des illusions d’optique : celle du cours de la Seine et des lieux qu’il traverse.

Jusqu’au 15 octobre 2016, ces vingt nouvelles et uniques Zig Zag seront donc présentées en exclusivité par le Bon Marché. Après, elles prendront leurs marques au Showroom Cassina. Sauf si elles trouvent propriétaire… sauf si elles vous trouvent ?

Laisser un commentaire